>> voir le panier
<< retour au catalogue

Derniers préludes et fugues. | Pamina | SPM 1456 370 CD | 2000

Interprète(s) : Martin GESTER à l’Orgue Felsberg de la Collégiale Saint Martin de Colmar.
Auteur(s) : Johann Sebastian Bach : 1685 - 1750.
Livret Les derniers préludes et fugues de Johann Sebastian Bach : 1685 - 1750.
Préludes et Fugues BWV 544 - 546 - 548 - 547.

Pamina SPM 1456 370 CD. (2000 Réédition 1984) ADD 44’47” “9 de Répertoire”

EDN : Enregistrement analogique réalisé dans un décor acoustique naturel sans modification, ni altération du son réel du lieu, montage musical direct sur la bande originale de tournage, bande originale d’édition DAT pour la gravure audionumérique.

Livret 20 pages. Texte musicologique et organistique en français et allemand.

Martin GESTER à l’Orgue Felsberg de la Collégiale Saint Martin de Colmar.
 
2000 année Bach : 250ème anniversaire de sa disparition.

En 1984, Martin Gester a consacré aux derniers Préludes et Fugues de Bach son premier enregistrement discographique à l’occasion du tricentenaire en 1985 de la naissance du Cantor. Cette superbe interprétation a été saluée avec enthousiasme par la critique, et les discophiles, et méritait une réédition audionumérique. Salué à l’époque par la revue Diapason « YYYY » le microsillon Pamina SPM 1456 625 MS, épuisé, connaîtra une version musicassette sous la référence SPM 1456 286 MC, toujours disponible.

Michel Roubinet en Diapason écrivait à l’époque : Quatre « monstres bachiens » pour continuer, j’imagine, la série annoncée chez Pamina des orgues d’Alsace, aujourd’hui : Colmar. L’orgue dans son splendide buffet XVIIIème est neuf (Felsberg/Suisse) et d’esthétique nordique (Arp Schnitger) : mixtures agressives mais somptueuses, anches sonnantes, un orgue pour faire hurler en beauté les dissonances de la polyphonie de Bach. En somme l’orgue idéal pour Martin Gester. Son Bach n’est pas celui de tout le monde. Il suffit pour s’en rendre compte d’écouter l’hallucinant si mineur BWV 544, torturé, brutal même au cours du Prélude, lyrique dès l’exposition du thème de la Fugue. Double aspect d’une interprétation riche, fouillée, surprenante (rubato, brisures), qui ne se réclame d’aucune authenticité pré-établie, mais qui se veut authentiquement vécue, homogène, donc vraie. C’est là l’originalité (sans que ce soit là le but), la personnalité de ce très beau disque.

Disques Pamina ont choisi l’année Bach pour proposer ces oeuvres presque ultimes de l’un des plus grands maîtres de musique que l’humanité ait compté.

L’orgue Felsberg du maître organier suisse Richard Freitag, harmonisé par Jean-Marie Tricoteaux, a remplacé en 1979 un orgue symphonique de 90 jeux de traction électro-pneumatique, qui avait été le successeur en 1911 d’un orgue Jean-André Silbermann de 1755 agrandi par Callinet en 1828. Le grand art du facteur d’orgues contemporain fut alors de retrouver quelque part l’esthétique originale en disposant de bien peu de matériel d’époque. Le choix a été moderne et atteste du bon retour aux sources organistiques des anciens. Neuf, mais disposé aux musiques de l’époque des prouesses des Silbermann.

Dès alors, Martin Gester qui va fonder «le Parlement de Musique de Strasbourg» laissait entrevoir sa formidable vision d’une musique qui est, pour notre bonheur, son absolue raison de vivre.

Robert Baum.

Couverture du livret: Photo Jean Pierre Bouley.
L’Orgue Felsberg de la Collégiale Saint Martin de Colmar.
SPM 1456 370 CD
Extrait (MP3) : 3. J.S. Bach - Prélude
Nécessite Quick Time

Durée : 44’47”
Disponibilité : Disponible
Support : CD
Prix : 12.00 €

Ajouter au Panier
Praeludium et fuga in h BWV 544.
Prélude et fugue en si mineur : 11’07’’

1. Prélude 5’54"
2. Fugue 5’13"

Praeludium et fuga in c BWV 546.
Prélude et fugue en ut mineur : 10’12’’

3. Prélude 5’57"
4. Fugue 4’15"

Praeludium et fuga in e BWV 548.
Prélude et fugue en mi mineur : 13’55’’

5. Prélude 5’47"
6. Fugue 8’08"

Praeludium et fuga in C BWV 547.
Prélude et fugue en Ut Majeur : 8’58’’

7. Prélude 4’40"
8. Fugue 4’18"